La version 4 de la série Radiometrix est disponible chez Alpheus

Exemple d’aquarium récifal avec un luminaire à LED Alpheus. Cet aquarium a fait l'objet d'un "Exemple à suivre" dans ZebrasO'mag N°25. Photo : Sabine Penisson

Alpheus développe et réalise des éclairages basés sur la technologie LED essentiellement pour les biotopes photosynthétiques, et toujours en relation avec des organismes vivants. La société commercialise directement ses produits, ceux-ci n’étant pas distribués chez les revendeurs.

Cette activité est issue d’un projet lancé sur le blog nanoZine en 2006 qui a abouti à la réalisation d’un prototype qui a fait l’objet d’une publication dans ZebrasO’mag N°10, aujourd’hui épuisé, rubrique “Expérience”, Un spot à LED sur mesure – (bientôt disponible sur Animalia Presse).

En 2009, Alpheus a proposé aux récifalistes une première solution d’éclairage à LED modulaire intégrant un contrôleur programmable simulant les cycles naturels solaires et lunaires. En 2011, la première génération de ces modules Radiometrix équipée de LED plus efficaces rivalise sans problème avec les projecteurs HQI et T5. Depuis 2012, l’entreprise propose également des solutions pour l’horticulture et des développements spécifiques pour les laboratoires de recherche. Bien entendu ces différentes offres disposent de compositions spectrales spécifiques.

La société Alpheus conçoit la totalité des produits (cartes électroniques, logiciels, mécaniques…). La fabrication est également totalement réalisée en France.

Les concepts d’origine sont toujours d’actualité : modularité (les éléments de base constituant le luminaire sont indépendants), dissipation thermique passive (sans ventilateur), collimateurs optiques secondaires, réglages multicanaux de 0 à 100% sur 65000 pas avec un pilotage logiciel complet.

Luminaire modulaire à LED de la gamme Alpheus sur un aquarium récifal. Photo : Jean-Louis Cuquemelle
Luminaire modulaire à LED de la gamme Alpheus sur un aquarium récifal.
Photo : Jean-Louis Cuquemelle

V4

La série 4 des Radiometrix est compatible avec les contrôleurs ETHER* et aussi mécaniquement avec la série 3 (assemblage de modules de 40 cm à 1 m 40). Cette nouvelle version comporte 4 canaux LED différents avec une augmentation d’environ 50% de la puissance et de nouvelles possibilités spectrales.

* Le contrôleur alpheus ETHER prend en charge la gestion harmonieuse des deux technologies au travers d’une gestion multicanaux PWM paramétrable afin d’apporter confort et agrément visuel ainsi que l’optimisation des performances photosynthétiques.

Les LED utilisées sont des constructeurs CREE, Samsung et Luminus selon les longueurs d’onde implémentées. Pour les biotopes récifaux, quatre équipements LED sont proposés aux mêmes tarifs que la série 3 :

  • L’équipement « standard » comporte 50% de bleu 450 nm et 50% de blanc 6500 K.
  • Un spectre « large » contient 20% de violet 405 nm, 30% de bleu 450 nm, 10% de bleu 470 nm, 30% de blanc 6500 K et 10% de blanc 4000 K.
  • Un spectre « bleu profond » contient 10% d’UV-A 385 nm, 10% de violet 405 nm, 50% de bleu 450 nm et 30% de blanc 650 0K.
  • Un spectre « lagon » contient 10% de violet 405 nm, 30% de bleu 450 nm, 10% de bleu 470 nm, 30% de blanc 6500 K et 20% de blanc 4000 K.

Plongée dans le bleu

P. Royer : Plus le temps passe et plus les aquariums son éclairés en bleu. Est-ce une vue de mon esprit vieillissant ou alors est-ce une tendance qui se confirme ? Quelles sont les limites à cette tendance qui pourrait devenir un problème de maintenance ?

JL Cuquemelle, Alpheus : Rassure-toi Philippe, je constate aussi cette tendance. Pour un biotope récifal, nous recherchons une température de couleur correspondant à la lumière reçue à une profondeur entre 5 et 10m. Notre composition spectrale, basée sur du bleu 450nm et du blanc 6500K, est stable depuis 2011. Entre 2009 et 2013 nos clients trouvaient notre éclairage très bleu. Depuis 2016 la critique est inversée, on nous reproche un éclairage trop blanc. Cette évolution est aussi liée à la banalisation de la technologie LED qui permet de réaliser un éclairage bleu très efficace entre 420 et 450nm qui renforce considérablement la fluorescence corallienne. L’attractivité de ce phénomène a habitué les aquariophiles à des éclairages de plus en plus bleutés. Le phénomène est remarquable mais aussi invisible en milieu naturel et donc très artificiel. Si je ne peux pas confirmer un problème de maintenance sur les animaux de l’aquarium causé par cette surabondance de bleu, l’ANSES signale une potentielle dangerosité des rayonnements bleus inférieurs à 470nm pour notre vision. Nous proposons à nos clients, s’ils le souhaitent, un éclairage de fluorescence pendant une courte durée en fin de journée avec un niveau bas de luminosité. Nous conseillons d’éviter l’exposition de ce cycle aux jeunes enfants ainsi qu’aux personnes souffrant de DMLA. Des lunettes à filtre jaune sont aussi conseillées durant cette observation pour éviter la saturation en bleu (ce filtre jaune est aussi intéressant pour les photographies). Le reste de la journée, l’éclairage sera réglé avec un résultat plus naturel, nous  recommandons un écart de réglage maximal de 20% entre bleu et blanc.

print

Laisser un commentaire