Les registres en terrariophilie

Que cela concerne les amphibiens comme ce Rhacophorus nigropalmatus ou les reptiles comme ce Gonocephalus chamaeleontinus et plus généralement les animaux d'espèces non domestiques, les détenteurs doivent tenir un registre des entrées et sorties de ces animaux. Néanmoins, il y a quelques exceptions. Photo : Rizaarif
Reptilmag N°83
Cliquez sur l’image pour commander.

Reptilmag N°83 de janvier 2021 vous aide à comprendre l’intérêt et les obligations inhérents à l’utilisation d’un registre des entrées et sorties d’animaux d’espèces non domestiques. Cet article fait un point sur l’intérêt d’utiliser un registre et propose un rappel sur l’obligation d’en tenir un en réponse aux dispositions réglementaires en vigueur (arrêté du 8 octobre 2018).

Pour rappel, au-delà de l’obligation légale dans certain cas, le registre est un document qui fait preuve du suivi et de la traçabilité au sein de l’établissement. Lorsqu’il est infalsifiable et que la preuve en est apportée, il devient un justificatif de la régularité des activités exercées.

A noter l’excellent ZooBook – logiciel français – qui est un registre en ligne d’entrée et de sortie des animaux d’espèces non domestiques. Cette application Web permet l’édition d’un registre PDF pouvant être imprimé ou transmis par voie électronique à la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP). ZooBook est développée en conformité avec la norme “21 CFR Part 11” de la “Food and Drug Administration” ; c’est une norme américaine qui exige une collecte et une traçabilité sans faille des données. Toute modification effectuée dans ZooBook est alors tracée avec l’ancienne valeur, la nouvelle valeur et la raison de la modification.
Toute suppression d’un enregistrement est signalée sur le registre transmis à la DDPP.

print

5 1 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Réactions en ligne
Voir tous les commentaires