Terrariophilie et protection des espèces : oui à l’élevage, non au pillage !

Caméléon (Chamaeleo chamaeleon) est en vente dans un souk de Marrakech. Les touristes se laissent trop souvent tenter par le prix ridiculement bas demandé par le vendeur. Malheureusement, ce ne sont généralement pas des terrariophiles et ils n’ont aucune idée des conditions d’élevage de l’animal qui périra au bout de quelques semaines. Photo : M.-P. & C. Piednoir

Les terrariophiles sont souvent fustigés et montrés du doigt. Certains arguments soulevés par les opposants à notre activité sont cohérents et méritent qu’on y réfléchisse : problèmes de l’animal comme produit…

Ce contenu est réservé : Connectez-vous Abonnez-vous