La reproduction réussie de Sewellia lineolata

Les Sewellia spp. à la forme originale sont des poissons rhéophiles, c’est-à-dire qu’ils évoluent dans une eau à fort courant. Ils apparaissent sporadiquement dans le commerce et ont souvent la réputation d’espèces difficiles, voire impossibles à reproduire. C’est en tout cas ce que nous lisons parfois. Pourtant, certains amateurs réussissent cette prouesse, à l’instar d’Éric Lurot, aquariophile et aquascapeur confirmé, qui a réussi, après 4 ans de tentatives, la reproduction deSewellia lineolataCette expérience maitrisée fait l’objet d’un publication dans AQUAmag N°41du mois de décembre 2018. Bonne lecture !

print

2 thoughts on “La reproduction réussie de Sewellia lineolata”

  1. Avatar

    Laissez moi rire 😁, sewellia est le Guppy des Gastromyzons tellement ils se reproduisent!
    Par contre je me demande comment un Aquarist “expérimenté” vient à l’idée que Sewellia lineolata et Boraras brigittae soient à maintenir dans les mêmes Conditions?

    1. Avatar

      Bonjour,
      Comme nous l’indiquons dans notre préambule, les Sewellia “ont souvent la réputation d’espèces difficiles, voire impossibles à reproduire. C’est en tout cas ce que nous lisons parfois.” Ce qui ne signifie pas que nous considérons qu’elles sont impossibles à reproduire (la preuve avec cet article…). Par contre, nous maintenons le fait que c’est une exclusivité, puisque jusque-là aucun magazine français n’avait publié de rapport de reproduction concernant cette espèce.
      De plus, nous nous permettons de relativiser votre affirmation : si les Sewellia se reproduisaient “tellement”, on les trouverait en masse dans tout commerce aquariophile… comme les guppys. 😉 Ce qui est très loin d’être le cas. Il ne faut pas non plus oublier que si cette espèce se reproduit facilement chez certains (c’est vrai, vous avez raison), d’autres s’y cassent les dents.

      Boraras brigittae et Sewellia lineolata partagent une fourchette de paramètres communs. Leur maintenance conjointe n’est donc pas une hérésie, même si bien sûr il est tout à fait légitime de préférer héberger des espèces originaires d’un même bassin hydrographique, ou mieux, d’un même biotope. 🙂

      Un autre commentaire également : Éric Lurot a fait la démarche de nous contacter pour publier son expérience avec S. lineolata. Ce qui n’a été le cas de personne précédemment, alors que l’espèce se reproduirait soi-disant depuis longtemps comme “des guppys”. Alors, si vous aussi, vous reproduisez certaines espèces à la difficulté que vous estimez exagérée, et que vous souhaitez partager votre expérience, nous vous invitons à contacter la rédaction d’AQUAmag pour publier vos récits, accompagnés de vos photos.
      Au plaisir de vous lire, donc. 🙂
      Cordialement,
      La Rédaction

Laisser un commentaire