Agression et empoisonnement chez le genre Sinularia ?

Sinularia

Les Sinularia spp., comme de nombreux alcyonidés, ne sont pas des coraux agressifs par contact comme le sont de nombreux cnidaires. Inversement, ils sont extrêmement sensibles aux brûlures des madréporaires et des autres hexacoralliaires (anémones, corallimorphaires, zoanthaires). Il conviendra donc de ménager une distance de sécurité d’au moins dix centimètres entre ces animaux. L’éloignement n’est pas forcément suffisant, d’ailleurs ; en effet, de nombreux alcyonaires comme les Sinularia spp. sécrètent des substances allélopathiques, c’est-à-dire des composés chimiques qui inhibent la croissance, voire la survie, des concurrents. Parfois, des concentrations très faibles suffisent à tuer les coraux durs proches mais cela reste relativement exceptionnel : l’allélopathie a souvent été exagérée en aquarium.

Sinularia polydactyla jaune. Photo : Vince
Sinularia polydactyla jaune. Photo : Vince

Si on envisage une population mixte, c’est possible, mais il faut tâcher de placer les Sinularia spp. en aval des madréporaires dans le courant principal de l’aquarium, pas en amont. Le passage de l’eau dans le système d’épuration, et en particulier sur une dose de charbon actif, neutralise les effets de ces “armes biologiques”.

Les alcyonaires sécrètent aussi d’autres substances chimiques, les terpénoïdes, qui visent à dégoûter les prédateurs ; mais certains spécialistes (comme la porcelaine Ovula ovum)  ont développé génétiquement la capacité de décomposer ces molécules toxiques par des procédés métaboliques ! Enfin, les Sinularia spp. produisent aussi des composés qui évitent leur contamination par des parasites ou leur recouvrement par les algues.

Sinularia dura vert. Photo : Vince
Sinularia dura vert. Photo : Vince
Magnifique Sinularia polydactyla jaune. Photo : Vince
Magnifique Sinularia polydactyla jaune. Photo : Vince

Nous vos invitons à lire et relire l’excellent article de Vincent Chalias publié dans la rubrique “Sessile” de ZebraO’mag N°36, “Les Sinularia spp. : des joyaux à redécouvrir”. Tout un programme !

Imprimer

Laisser un commentaire