Toxicité d’Oophaga pumilio

Oophaga pumilio (Cayo de aqua)

Les dendrobates sont de petites grenouilles tropicales généralement très toxiques. C’est la raison pour laquelle elles arborent des livrées extravagantes et voyantes : ces couleurs aposématiques préviennent les prédateurs du danger qu’ils encourent en s’attaquant aux minuscules anoures. Les molécules toxiques sont des alcaloïdes qui proviennent des divers arthropodes dont se nourrissent les dendrobates.

Chez les dendrobates du genre Oophaga, la femelle dépose régulièrement auprès de chaque têtard un œuf stérile qui constituera sa nourriture exclusive jusqu’à la métamorphose, c’est même la raison pour laquelle le genre a ainsi été nommé (Oophaga = qui mange des œufs). Ce qu’on ne savait pas jusqu’en 2014 c’est que ce faisant, la mère apporte à son petit des alcaloïdes qu’il est capable d’accumuler.

Dendrobates pumilio (almirante)
Dendrobates pumilio (almirante)

Jennifer Stynoski et ses collègues ont mesuré la concentration et la diversité des alcaloïdes présents chez les œufs, les têtards, les juvéniles et les adultes. La quantité et le nombre de molécules d’alcaloïdes augmentent avec la taille, chez les têtards et les grenouilles. Il n’y a pas d’alcaloïdes chez les plus jeunes têtards, mais on en trouve dans les œufs nourriciers et chez les têtards plus âgés. Les têtards nourris avec les œufs d’Agalychnis callidryas ne contenant pas d’alcaloïdes en sont eux-mêmes dépourvus. C’est donc bien des œufs apportés par leur mère pour les nourrir que les jeunes O. pumilio tirent leurs toxines.

Les toxiques présents chez les têtards les protègent efficacement puisque les chercheurs ont montré qu’un têtard d’Agalychnis callidryas a neuf fois plus de risques d’être attaqué par une espèce de fourmi prédatrice (Paraponera clavata) qu’un têtard d’O. pumilio.

Agalychnis callidryas
Agalychnis callidryas

 D’après : Stynoski J. L. et al., 2013, Evidence of maternal provisioning of alkaloid-based chemical defenses in the strawberry poison frog Oophaga pumilio Ecology. http://dx.doi.org/10.1890/13-0927.1

print

Laisser un commentaire